Touche pas à ma banque

Par  - 12 décembre 2010 - 19 h 17 min [English] [PDF] 

Incroyable le peu de commentateurs qui ont compris le sens du défi de Canto. A défaut, on peut lire maintenant des conseils pour changer de banque… Retirer son argent ne visait pourtant la finance qu’à proportion de sa collusion avec le politique. Puisque voter ou descendre dans la rue ne sert visiblement plus à rien, le retrait pouvait apparaître comme un geste concret et peut-être le dernier moyen pour le citoyen de se faire entendre.

Ainsi, tous ceux qui ont traité le footballeur d’imbécile ont surtout révélé leur peu d’intelligence de l’évolution du sentiment politique. Enfoncé avec une violence inouïe par tout ce qui fait profession d’éditorialiste, le bankrun, lui aussi, a échoué. Pas sûr que Christine Lagarde puisse s’en réjouir. Après le bulletin, après la pancarte, si le retrait ne change rien, il ne reste plus guère que la fourche et le piquet…

5 Reponses à “ Touche pas à ma banque ”

  1. Je vois aussi dans ce projet l’idée (qui reste évidemment symbolique) de dé-virtualiser l’argent, de rappeler son utilité première, à savoir de fluidifier l’échange de biens. Nous savons tous que les banques utilisent constamment de l’argent qu’elles n’ont pas, mais qu’au fond, les seuls à pouvoir en faire les frais, ce sont leurs clients, ou bien les états qui se portent garants et couvrent les dettes.

  2. Je suis tout à fait d’accord avec vous. Maintenant, que les éditorialistes multicartes ou Christine Lagarde enfoncent Cantona, n’est pas surprenant. Que des gens comme Schneidermann ou Lordon le fassent l’est beaucoup plus.
    Economiquement, faire grève est économiquement stupide. Vous perdez de l’argent, vous compromettez l’avenir de votre usine,… Pourtant, les grèves ont prouvé leur efficacité.

    Les causes de la crise sont analysées et connues (basse pression salariale, dictature de l’actionnariat), des solutions existent (cf le manifeste des économistes atterrés) . Maintenant, que faire ? qui va faire changer les choses ? Seule une pression efficace, et donc stupide économiquement, peut le faire.
    J’attends impatiemment des suggestions d’action efficace. Sinon, en effet, ce sera peut-être la fourche et le piquet.

  3. Il me paraît frappant que tout ceux qui s’inquiètent de ne pas pouvoir effacer leur page Facebook accueillent avec autant de sérénité le constat de notre dépendance bancaire… 😉
    Si l’appel du 7 a échoué, je ne serais pour ma part pas surpris de voir augmenter, dans les mois ou l’année à venir, le nombre des transferts de compte au profit d’organismes citoyens ou les manifestations de la nouvelle détestation des banques, dont l’appel de Canto n’aura été qu’un des premiers symptômes.

  4. @ André :

    oui je pense également que les transferts vers des banques ou des organismes citoyens vont augmentés, mais ma banque par exemple, « possède » déjà une banque coopérative.

    Il est fort à parier qu’il sont en concurrence sur certains dossiers. Conservation de terrain agricole (banque coopérative, ect) contre opération d’investissement de parc immobilier ou industriel.

    Il s’agît certainement d’une société différente, j’avoue ne pas avoir regardé les statuts juridiques, mais il est fort probable qu’il ne n’agissent pas d’une filiale.

    Je pense que certaines de nos plus grosses banques national ont entendues le message, elle peut-être pas vraiment pris la mesure de la « détestation », mais elles ont les moyens (enfin je crois, on nous mentirais?) de réagir assez vite et de se positionner sur le marché des banques coopératives tout comme les gros pollueurs se positionnent sur le marché de l’écologie.

    Vase communicuants…

  5. Le Souverain Pontife d’@si s’est pris avec ça un rouste sur Rue89 comme même Serraf n’en a jamais reçu. 265 « inutiles » après avoir eu 250 « nazes » (son fan-club a dû intervenir pour limiter la casse).

    Et croyez-vous qu’il a répondu aux commentaires, comme le fait parfois ici notre hôte ? Croyez-vous qu’il en a parlé dans le billet suivant ? Si oui, vous avez de l’espérance dans les chaussettes !