De quoi le journalisme est-il le nom?

Par  - 12 octobre 2012 - 17 h 36 min [English] [PDF] 

Cours de narratologie des médias. Répondre aux questions suivantes:

1) Parmi ces personnages (magazines de la semaine du 11/10/2012), identifiez celui ou celle qui n’a pas été invité au Grand Journal de Canal+.

2) Que pouvez-vous en déduire sur la nature du journalisme?

3) Parmi ces couvertures, laquelle trouvez-vous la plus réussie du point de vue graphique?

4) Que pouvez-vous en déduire sur le rôle du visuel dans l’espace médiatique?

23 Reponses à “ De quoi le journalisme est-il le nom? ”

  1. 1) l’ouvrier inconnu des « inrockuptibles »
    2) ce n’est plus du journalisme, c’est du « copier-coller » meilleur que le concurrent.
    3) la « bulle » du « Nouvel Observateur », et encore c’est trop.
    4) son rôle est de nous inciter, nous inculquer un chemin à prendre, une manière de pensée … malheureusement malveillante , puisque la plupart des titres de presse relève de la vie privée dont on ne devrait pas s’occuper. Le mal est déjà fait, il est là, grâce à ce « journalisme d’égout » , on apprend à la population le voyeurisme, la perversité, ect; tout cet étalage pourquoi? Pour vendre des futilités dans l’espoir de faire monter le tirage, ou au pire faire diversion, du genre: « il ne se passe rien d’autre c’est tout ce que l’on a à se mettre sous la dent…désolé ». Pendant ce temps, derrière le « rideau » le plus important et utile n’est pas médiatisé.

    Il faudrait alors poser cette 5ème question: Que peut apporter ce journalisme à l’éducation de la population au quotidien? ( les débiles mentaux des téléréalités qui n’en sont pas, dont je ne me reconnais pas comme en exemple dans « Les Ch’tis à Mykonos)…Quel désastre intellectuel…

  2. 1) C’est Rosalie (l’ex d’Afflelou et d’Alain Delon) qui n’a jamais été invité au Grand Journal
    2) Que par nature, le journalisme n’est que le reflet de notre société
    3) C’est la une du POINT qui est la plus forte avec The « Brain » DSK. Mais cette image date d’avant …
    4) On peut en déduire que cette semaine-là, Les Inrocks ont moins vendu que d’habitude

  3. 1/ L’ouvrier à la une de l’express
    2/ Ici le journalisme s’apparente à la culture de la célébrité médiatique, au sensationnel, au voyeurisme, et surtout se focalise sur les hommes et femmes de pouvoir.
    3/Du point de vue graphique, le Point et Technickart me paraissent réussis.
    Le choix du visuel, la mise en page et le placement du titre.
    L’express : L’image donne l’impression que DSk va nous hypnotiser. le cadrage de la photo et le titre en premier plan débordant sur le visuel permet de donner presque la sensation d’une intrusion dans notre tête.
    Le fond noir pour signifier l’intimité de la confidence…
    Technikart : même technique à l’inverse. Denisot déborde sur le titre du magazine. le cadrage en trois quart lui donne une certaine distance. Le geste des mains fait penser à l’attitude toute flegmatique d’un James Bond…
    Fond blanc, aseptisé.
    Signification : Il maitrise toute cette agitation et il va nous protéger. Il inspire confiance et impressionne également…
    Sur les deux couvertures, il ne s’agit pas d’information mais bien une illustration de différents types de manipulation pour faire passer un message…
    4/ Le rôle visuel dans l’espace médiatique a un impact encore plus fort que l’écrit. L’image s’imprime immédiatement dans le cerveau des lecteurs et influe sur la perception du reste des informations de contenu.
    Le visuel aurait en quelques sortes une responsabilité très importante dans la transmission juste de l’information. Dans l’espace médiatique, le visuel reste la force de frappe ultra efficace et immédiate. Comme dirait Paris Match : le poids des mots, le choc des photos.

  4. Merci pour cette invitation amusante.

    1/ Michel Denisot n’a, à ma connaissance, jamais été invité au grand journal puisqu’il en est le présentateur 🙂 L’ouvrier anonyme l’est régulièrement, il est un habitué des plateaux de télévision.

    2/Je préfère parler de la nature du journalisme monté en une : people et télévisuel (pléonasme).

    3/Celle de Teknikart est légèrement moins pire que celle du Point, la titraille massacre moins la photo et la charte graphique est plus sobre que celle du Point.
    On est ici à mille lieues de la sobriété classieuse du New York Time magazine ou du New Yorker, dont les unes sont très impactantes.
    La pauvreté iconographique de ces unes, la surcharge textuelle souvent inutile, le massacre au détourage des photos, laisse le champs à la vulgarité qui s’y épanouit comme une fleur.

    4/ Le rôle visuelle est relégué à une simple fonction utilitaire, ces journaux pensent pouvoir construire des unes avec des photographies comme on construit une phrase avec des mots : le détourage fait ici fonction de grammaire, le texte écrase l’image comme si ces rédactions pensaient qu’il faut absolument monter le sommaire en une. Il est évident qu’on est ici dans une culture du texte qui ne fonctionne absolument pas avec l’image. Au contraire, les américains des magazines cités plus haut ont bien intégré l’image dans une culture textuelle dominante (l’exemple du New Yorker est le plus fascinant).

  5. Il n’y a que des dessins en une du New-Yorker.
    Ses couvertures s’inscrivent me semble-t-il dans l’histoire du journalisme. Dans une époque où l’on pouvait acheter un journal non pas en fonction de son contenu, mais de ce qu’il représentait symboliquement. Toutes ces couvertures sont identiques. Elles signifient « Je suis le New-Yorker ». Par opposition effectivement à une presse plus populaire qui allait chercher à attirer le chaland avec une manchette accrocheuse.

  6. J’ai cité l’exemple du New Yorker par opposition au rapport texte-image de la presse française qui apparaît comme très conflictuel, très problématique. Dans cette perspective il est remarquable que le New Yorker journal de « littérature journalistique », s’offre le luxe de publier un visuel sans jamais aucun titre ni légende. Le New York Times magazine est également très proche de cet esprit qui sollicite la réflexion du lecteur par une très grande sobriété du rapport texte-image, et sans effet d’annonces tonitruants.
    Dans les deux cas de figures, français et américains, c’est l’écrit qui est aux commandes de ces journaux, mais les univers visuels s’opposent radicalement.

  7. « Le New York Times magazine est également très proche de cet esprit qui sollicite la réflexion du lecteur par une très grande sobriété du rapport texte-image » OK c’est chouette. Maintenant, on va faire autre chose: faire un tour dans n’importe quel kiosque ou magasin de journaux. Je mets une photo ou ce n’est pas la peine? Le journalisme, ce n’est pas un idéal platonicien rêvé par la déontologie et Acrimed, et qui ne connaîtrait que des matérialisations insatisfaisantes dans une caverne malheureusement obscurcie. Le journalisme est une pratique sociale essentiellement divertissante, dont le Grand Journal nous offre un précipité beaucoup plus proche du chimiquement pur que le NewYorker – qui est au journalisme ce que le millefeuille aux truffes est à l’alimentation. Désolé, le journalisme, ce n’est pas de la haute gastronomie, c’est une industrie, qui cible les classes moyennes, et dont les couvertures ci-dessus nous disent comment il est construit. Welcome to the real world!

  8. Ouhla … je ne pensais pas réveiller les foudres avec mes contre-exemples !

    Je travaille depuis 20 ans dans le journalisme de presse, et j’ai vu changer les politiques visuelles des couvertures. Les couves-sommaires où l’essentiel du magazine est monté en Une est un phénomène récent (10-15 ans), la pipolisation a 30 ans, elle est née dans les années 80.

    Le journalisme comme pratique sociale divertissante est nouveau, cela n’a pas été « toujours » comme cela, et ce n’est certainement pas inscrit dans son patrimoine génétique. Le fait même de reléguer les exemples du NYT ou autres (j’aurais pu citer la ZEIT Magazin) à des exceptions idéalistes témoigne du grand fatalisme qui règne en France. Ne prenez pas cette remarque comme une réplique personnelle, ce même fatalisme traverse le milieu des journalistes français. Dans chaque journal les problèmes sont complexes et multiples, même si ces couvertures se ressemblent, les prises de décisions VISUELLES sont différentes à l’Express et aux Inrocks. Je me permets de le souligner puisque les deux dernières questions portent sur ce point.
    Mettre en relation visuel et journalisme revient ici à faire la différence entre l’harangue française et l’invitation à réfléchir anglo-saxonne. Il faudrait demander à Serge Ricco directeur artistique du Nouvel Observateur pourquoi il n’a pas réussit à transposer l’exemple américain du NYTM, vous pouvez poser la même question à Michel Mallard qui à proposé au Monde magazine une formule graphique exigeante qui a été refusée et leur demander pourquoi leurs projets ont été repoussés.

  9. Tentant de s’égarer dans les jugements « d’élégance » via critères esthétiques plutôt que de s’astreindre à une analyse sémiologique via observation pertinente. Mais je crois que c’est cette dernière qui permet d’avoir un aperçu juste de ce que sont les médias en France..

  10. Question subsidiaire: qui n’a pas couché avec qui?

  11. @Zek: Pas d’accord. Moi qui regarde l’évolution de l’usage des images dans la presse depuis le XVIIIe siècle, je trouve au contraire qu’il y a de grandes constantes. La pipolisation est un mot récent pour qualifier une lointaine évolution de l’image du pouvoir, à laquelle Henri IV avait déjà largement travaillé, et qui s’épanouira au XIXe siècle dans toute l’Europe. Le problème vient surtout du fait qu’on ne regarde toujours que les mêmes points de repère: le Monde de Beuve-Méry, le NYTimes ou Die Zeit, la crème de la crème, mais jamais Marie-Claire, ni même Life, et encore moins Détective (inspiration de la couv de l’Express ci-dessus). Avec cette vision perpétuellement biaisée qui est celle des professionnels et des écoles de journalisme, une très large majorité des titres disponibles en librairie sont des anomalies ou des exceptions incompréhensibles… Quand la théorie a tant de mal à coller avec la réalité, ne vaut-il pas mieux la revoir?

    Oui, il y a des décisions visuelles différentes dans les couv ci-dessus. Mais ce qui est intéressant c’est qu’aucune d’entre elles, même celle de France-Dimanche, n’a été traitée n’importe comment. Si on fait abstraction des choix de sujets, qui peuvent faire bondir, chacune de ces couv est le résultat d’un vrai travail, une proposition réfléchie qui s’inscrit en cohérence avec l’histoire de chacun des titres, autrement dit des exemples d’une production journalistique parfaitement maîtrisée et aboutie. Personnellement, ce qui me frappe ici – et la raison première de ce montage – c’est le contraste entre le professionnalisme de ce travail et le choix de sujets dont l’association fait ressortir la superficialité. Je crois que ce contraste-là fait partie depuis longtemps de l’histoire du journalisme.

  12. @ André Gunthert,

    Les exemples sont choisis dans la presse étrangère, tout simplement parce qu’ici il n’y a pas d’équivalent, et à votre avis pourquoi ?
    La vraie anomalie c’est que notre presse généraliste est médiocre, et qu’il n’y aucune raison pour que nous n’ayons pas nous aussi des bons exemples à présenter. Il y a une volonté et celle dont je vous parle n’use plus ses fonds de culotte sur les bancs des écoles, elle provient de gens en poste dans ces journaux.
    Alors qu’est ce qui cloche d’après vous ?

  13. « chacune de ces couv est le résultat d’un vrai travail, une proposition réfléchie qui s’inscrit en cohérence avec l’histoire de chacun de ces titres »

    Oui globalement, sauf pour les Inrocks dont cette couverture n’est en rien dans la ligne originelle du journal.
    C’est la raison pour laquelle l’explication historique apparaît comme une fausse fatalité.
    Libération travaille actuellement sur les 40 ans du journal, une équipe relit toutes les unes depuis le numéro 1, ce qui est frappant ce sont les ressemblances par l’usage du jeu de mot de certaines manchettes d ‘il y a 30 ans et celles d’aujourd’hui , mais les Unes actuelles font du quotidien d’aujourd’hui un autre journal, le ton à changé, jamais il y 40 ans ils n’auraient monté en évènement Ophélie Winter pendant le retour de la famine au Sud Soudan comme il l’ont fait au début des années 90 ! Et aujourd’hui les choix éditoriaux et graphiques ont encore évolués, le journal de Demorand n’est pas celui de Serge July qui avait initié les « Une-affiches ».

    Les suppléments de fin de semaine des grands quotidiens et les suppléments des news mags sont très intéressants à étudier, aujourd’hui le modèle français c’est Next, un magazine conçu comme un piège à pubs. L’express mag à copié la charte graphique de couve, l’Obs à débauché le redacteur en chef de Next pour lancer Obsession, le Monde à créé M, qui se voudrait la version haut de gamme du supplément de Libé. Pourtant au Monde il auraient pu faire le choix du Frankfurter, ou d’El Pais, mais non : ils ont volontairement opté pour un choix industriel, au lieu d’augmenter l’offre éditoriale, rééquilibrée il est vrai avec les suppléments de fin de semaine dans le quotidien, mais ça la Zeit ou le NYT le font aussi.
    Conclusion : la pratique industrielle du journalisme qui pousse les journaux à devenir des marques, ça ne marche pas.

  14. Oui, vous avez raison dans le détail des distinctions… Mais ce n’est pas une analyse de détail, c’est juste un jeu, pour faire un peu réfléchir, à partir d’une conjonction assez drôle, qui a été remarquée par d’autres. J’intègre avec intérêt l’observation de fatalisme historique que vous proposez. Les deux niveaux de lecture ne sont pas forcément contradictoires. A une échelle un peu plus vaste, je perçois bien dans cet échantillon la toute-puissance des modèles idéologiques et de la détermination économique, qu’il n’est pas forcément facile d’apercevoir en régime de croisière.

  15. Goût barbare et influence des « banquiers et hommes d’affaires » (le lien d’André), me semble un peu court comme analyse.

    Le modèle esthétique du passé a changé parce que commercialement, il ne fonctionnait plus. Est-ce parce que le lectorat a changé, parce que celui qui partageait les valeurs esthétiques de Zek a évolué dans ses goûts ou parce qu’il a fallu ouvrir le journal à des catégories sociales auquel il ne s’adressait pas avant, je l’ignore.
    Ca ne veut pas dire pour autant que le nouveau modèle esthétique est commercialement efficace, mais si les banquiers et les hommes d’affaire s’en sont mêlés, c’est bien parce qu’il y avait un problème.
    Je ne connais pas les modèles étranger, mais j’ai cru comprendre que le FAZ avait pas mal évolué ces dernières années parce que ses ventes baissaient. (Avec en particulier une réduction des pages cultures.)

  16. Bonjour,

    La discussion entre André Gunthert et zek me paraît tout à fait révélatrice. Quelque chose fait problème pour moi sur ce site, qui me décourage un peu de le lire aussi assidûment que je le faisais au début : la très haute qualité des instruments d’analyse me semble trop souvent mobilisée au service d’une « cause » parée des vertus de l' »objectivité scientifique ».

  17. @Pascal Rousse: « Ce bloc-notes a pour fonction d’archiver des idées ou des contenus à un stade préliminaire, de permettre une prise de notes souple et rapide, largement ouverte à la discussion. Caveat emptor: par définition, les hypothèses ici esquissées ne présentent aucune forme de sécurité académique. Carnet de notes ouvert, Totem revendique au contraire le droit à l’erreur et à l’errance. » (A-propos de Totem: http://culturevisuelle.org/totem/a-propos )

    Ce ne serait pas la peine d’avoir deux blogs, si je ne pouvais me servir de celui-ci pour prendre quelques libertés avec les (pesantes) « vertus de l’objectivité scientifique » (à laquelle je ne crois pas beaucoup par ailleurs, mais c’est un autre débat…) Je répète que l’énoncé ci-dessus est un jeu et une parodie (il n’existe pas à ma connaissance de « cours de narratologie des médias »).

  18. Oui, soit.

    Je le relevais d’autant plus sereinement que je partage largement vos vues. Je ne suis pas dupe non plus d’une introuvable « objectivité scientifique », mais c’est tout de même l’effet, même involontaire, que peuvent produire certains arguments historiques ici même, par exemple.

    En général, j’ai le sentiment qu’une sorte de point de vue « esthète élitiste » a été érigé en épouvantail et il a fallu que zek ait du répondant pour ne pas se laisser enfermer dans le rôle de représentant de ce repoussoir.
    C’est une critique dont j’espère que l’intention constructive est perceptible, car je continue tout de même à suivre culture visuelle…

  19. J’ai dû mal m’exprimer alors – pourtant j’ai dit que les deux approches ne me paraissaient pas en contradiction. Il y a certainement chez moi un a-priori anti-élitiste (et ça n’a rien à voir avec l’objectivité scientifique), mais je ne vois pas où il s’appliquerait ici. J’apprécie évidemment le travail graphique et journalistique du NewYorker, est-il besoin de le dire? Mais encore une fois, le cas mobilisé ci-dessus me paraît poser un autre problème. Le fait que je n’arrive pas à l’exprimer correctement est typique de Totem, qui me sert *vraiment* de carnet de notes, c’est à dire d’endroit pour enregistrer quelque chose qui m’intrigue et que je ne sais pas encore nommer… 😉

  20. @ André Gunthert,

    L’exercice est drôle et nécessaire, la chose ne m’avait pas échappé (cf mon premier post).
    Prenons les exemples de l’Express et de Teknikart, historiquement le premier a fondé sa réputation sur le sérieux et l’excellence (Sartre, Mauriac, Malraux etc) calqué sur le modèle de Time magazine ; le second s’est présenté comme un héritier de la contre-culture et de l’underground. Autant dire que rien ne les prédisposaient a devenir ce qu’ils sont aujourd’hui : l’un flirtant avec le racolage tabloïd, pendant que l’autre met en vedette un des puissants représentants de la télévision dans ce qu’elle a de plus mainstream. Le changement à l’Obs et au Point est perceptible dans l’adresse très directe qu’ils font désormais au lecteur, loin de la hauteur de vue des débuts.
    Pour les Inrocks il est encore trop tôt, le magazine n’a pas tout à fait terminé sa mue en newsmag.
    Voilà pour les « détails ».

    Alors qu’observe t-on ?
    Pour chacun d’eux il se passe la même chose : ces titres voient leurs ambitions d’origines dévoyées en s’appuyant sur leurs bases historiques glorieuses, ils vendent un contenu préparé pour faire de l’audience (paradigme télévisuel). L’Express vend la marque « Express » historiquement sérieuse pour faire du Gala-Voici, idem pour Teknikart etc…
    Le Monde et Libé vendent leurs marques pour créer un consumer magazine de 3ième génération et attirer les annonceurs. L’Obs à poussé le raffinement jusqu’à embaucher une agence de pub pour faire le graphisme d’Obsession, et acheter l’espace publicitaire d’un produit formaté par leurs soins. C’est pourquoi les faits se heurtent à l’opinion qu’il en aurait été « toujours ainsi ».
    S’ils vont dans le mur c’est parce que cette mutation industrielle est contre nature, faire du journalisme cela n’a jamais été de créer des marques, mais d’informer !
    (Fallait-il le rappeler ? Oui, et c’est urgent !)

  21. @zek: Excellente analyse! Le seul point sur lequel je continue de différer, c’est votre conclusion: il y a eu autrefois (ou dans un autre pays) un bon journalisme maintenant dévoyé. Cette façon de voir, qui structure par exemple l’approche d’Acrimed, est profondément une vision professionnelle du champ (c’est pourquoi on la retrouve dans les écoles).

    Une vision plus sociologique du champ médiatique pourrait être rapidement décrite comme suit: étant donné que le journalisme réel (celui que recouvre disons la carte de presse, de TF1 à l’Equipe en passant par le Journal de Mickey) ne correspond pas du tout aux exigences postulées par la déontologie, répétées par les éditoriaux ou martelées par les prix, la profession s’est construit une vision hiérarchique qui permet de préserver cet idéal, placé tout au sommet d’une énorme pyramide qu’on est prié de ne pas regarder. Quelques titres à peu près conformes à la norme revendiquée permettent ainsi de garantir le récit doré du journalisme, pivot des Lumières et de la démocratie. Le problème n’est pas seulement que cette vision très éloignée du terrain ne correspond pas à la réalité des pratiques (où la très grande majorité des titres relèvent d’une industrie du divertissement), il se manifeste de façon criante dans la contradiction que vous soulignez entre l’ambition initiale et le déclin marketing de ces titres du sommet de la pyramide.

  22. Le problème aujourd’hui, c’est qu’il est très difficile d’établir une narration continue et linéaire de la presse. L’autre jour Libération peut faire du tabloïd en titrant « Casse-toi riche con », et vendredi dernier monter en Une « Libye, la guerre sans fin ». Les exigences cumulées d’audiences et de contenu éditorial dictent ce comportement contradictoire, la raison d’être de ces journaux n’est donc pas totalement perdue, et ce constat peut être fait dans chaque journal d’infos générales. Sauf qu’il y a de temps en temps des conjonctions marrantes, comme celle présentée ici, qui mettent bien en évidence un aspect peu reluisant, mais bien réel, de la situation dans laquelle se trouve la presse écrite.
    L’intrusion du marketing dans la presse, objet éditorial (ceci dit en dehors de toute considération déontologique), est en revanche plus défini et linéaire dans sa progression, il affecte tous les titres cités et fait exploser la pyramide qui n’est plus, effectivement, qu’une vue de l’esprit. Ils ne s’en sortiront pas de cette façon, ils le savent, mais les stratégies à court terme dominent, quitte à dilapider le capital de St Beuve-Méry.