Le sarkoshow, combien de téléspectateurs en 2012?

Par  - 13 juillet 2010 - 10 h 23 min [English] [PDF] 

Nicolas Sarkozy a tenu à multiplier les brevets de bonne conduite à son ministre du travail. Mais Eric Woerth pourrait avoir besoin de soutiens plus crédibles. La parole du chef de l’Etat se dévalue en effet à grande vitesse. Ils étaient encore 6,6 millions de téléspectateurs pour écouter hier sur France 2 ses justifications face au Bettencourtgate, soit l’audience la plus faible jamais réunie par un entretien présidentiel. Deux millions de moins que pour l’émission Paroles de Français sur TF1 le 25 janvier 2010 (8,6 millions). Cinq millions de moins que pour son interview du 20 juin 2007 sur TF1 (11,6 millions). Douze millions de moins que pour son interview diffusée par TF1 et France 2 le 29 novembre 2007 (18,8 millions). Si l’on trace la courbe de l’audience prévisionnelle d’un sarkoshow en 2012, celui-ci risque de côtoyer les scores d’un épisode de Fort Boyard.

2 Reponses à “ Le sarkoshow, combien de téléspectateurs en 2012? ”

  1. Pour relancer l’intérêt des français pour la démocratie, il faudrait donc coupler les interventions présidentielles avec Fort Boyard ?

  2. Complément: sondage d’opinion publié le 14/07 par Le Parisien:

    « Moins d’un Français sur trois (32%) a jugé Nicolas Sarkozy convaincant. C’est son plus faible score depuis que nous mesurons l’impact de ses interventions télévisées », dit Jean-Daniel Lévy, directeur de CSA Opinion. Lors de sa dernière « grande » émission face aux Français, le 25 janvier sur TF 1, il avait convaincu 43% des personnes interrogées. Pis, c’est à propos de l’enjeu numéro un de l’émission, l’affaire Woerth-Bettencourt, que les sondés ont été le plus sceptiques : 62% n’ont pas été convaincus par les explications, pourtant assez longues (onze minutes sur une émission qui en comptait soixante-dix) du chef de l’Etat sur ce dossier, contre seulement 23% qui l’ont été. « L’opération était compliquée, elle ne semble pas avoir réussi », tranche Jean-Daniel Lévy.
    Attention, ces pourcentages correspondent à l’ensemble des Français, c’est-à-dire aussi bien ceux qui ont vu l’émission que ceux qui en ont simplement entendu parler (par les médias, par leurs collègues ou leurs proches…). Systématiquement, en effet, la proportion de « convaincus » grimpe quand on se concentre sur la part de la population ayant vraiment suivi l’intervention. « Pour la simple raison que la plupart des gens qui regardent une telle émission jugent a priori crédible la parole du responsable politique interviewé », précise Lévy. Mais même au sein de cette catégorie, la part des sceptiques reste majoritaire : 52% contre 45% de « convaincus » (le chiffre montant à 60% de convaincus parmi ceux — les plus rares — ayant vu l’émission en totalité). »
    http://www.leparisien.fr/politique/sarkozy-n-a-pas-convaincu-les-francais-14-07-2010-1000454.php