En Pléïade, combien de fois Twitter?

Par  - 1 novembre 2009 - 23 h 34 min [English] [PDF] 

« Sans craindre que les cent quarante caractères imposés par Twitter ne viennent inhiber le lecteur d’une « Pléiade » de 2 500 000 signes, on peut s’interroger sur les conséquences de l’absence d’une véritable pratique de l’écriture, sur la disparition des correspondances et du temps de lecture qui leur est consacré. »

C’est Antoine Gallimard qui le dit, dans Le Monde daté du 31 octobre 2009. Quel rapport entre Twitter et La Pléïade, entre un outil de signalement en ligne caractérisé par sa brièveté et sa réactivité et les millefeuilles de papier bible, soigneusement reliés cuir pleine peau qu’on offre à Noël? Evidemment aucun, à part le fait que, l’un et l’autre relevant de l’écrit, on peut s’amuser à comparer leur nombre de signes. On comprend bien que derrière la Pléïade se cache toute la noblesse de la vieille culture, culottée comme une pipe en écume, avec un goût de bergamotte au coin du feu. Et que celle-ci, dans l’esprit de Gallimard, écrase de tout son poids et sa légitimité bourgeoise le méprisable trouble-fête de l’ère électronique.

Qui dira au bon père Antoine le ridicule de sa pesée? Qui aura le courage de lui révéler que c’est la petitesse de sa vision qui le condamne aux yeux des nouveaux lettrés? La plus grande insulte à la culture est de confier sa défense à des épiciers.

Les commentaires sont fermés