TF1 ne fait plus peur

Par  - 2 octobre 2010 - 23 h 54 min [English] [PDF] 

La lettre d’Arnaud Montebourg au PDG de TF1 est un excellent signe. Non pas parce qu’il y dénonce le culte du beaufisme de la chaîne de Jean-Pierre Pernaut. Mais parce qu’un responsable d’un grand parti refuse pour la première fois de se coucher devant l’arrogance du média télévisé, qui réclamait des excuses. Ce brusque réveil indique que la nouvelle de son influence déclinante est arrivée jusqu’aux oreilles des politiques. Pour qu’un socialiste ose renvoyer TF1 dans les cordes, c’est que la première chaîne ne fait plus peur.

Celle-ci fait face à un vrai désastre industriel. Concurrence de la TNT, crise éditoriale, managériale et stratégique, chute des ressources publicitaires: la débâcle de la Une a poussé l’ami de Martin Bouygues, Nicolas Sarkozy, à vouloir supprimer la réclame sur les chaines publiques. Mais rien n’y fait. Passée de 42% de part d’audience en 1991 à 26% en 2009, elle suit une pente régulière qui permet de prévoir qu’elle devrait descendre sous les 20% avant 2015.

Premier à subir les dégâts de cet affaiblissement: l’hôte de l’Elysée lui-même, pour qui TF1 avait cousu une émission sur mesure en janvier, afin de lui rendre un peu de son crédit. On a pu vérifier dès les élections régionales l’échec de cette manœuvre. Comme autrefois celui des princes, le pouvoir des médias dominants est fait du poids des habitudes et d’un conformisme poltron. Il suffit d’un impertinent pour découvrir que le roi est nu.

8 Reponses à “ TF1 ne fait plus peur ”

  1. Les signes c’est intéressant. Mais restons encore moderne, les causes le sont plus. La concurrence n’est pas que dans la TNT, mais dans l’ensemble des médias du net.

    TF1 est un dinosaure du XXe siècle, ce siècle qui passe comme on se racle la gorge. Il ne suffit pas de ne pas aimer.

    Le roi n’est pas nu est mourant, mais ses fils sont en pleine santé. Qu’un prince noir frappe ce roi mourant ne donne pas plus d’espoir. Juste une bataille de cacochyme. Montebourg est aussi impertinent qu’un prostatique. Mais bon faut aussi revenir aux faits dans un pays de vieux, cet accroc de maison de pension peut avoir de l’effet.

    J’ai parfois l’impression, que c’est sur youtube que la beaufitude s’exprime au mieux. Suis parfois étonné qu’ici l’analyse porte sur des médias mourants, plus rarement sur ceux qui bâtissent de nouvelles emprises.

    Je lis avec bonheur vos analyses. Je vous incite à scruter d’autres images.

    très amicalement

  2. J’ai été un petit vite…alors juste une demande….parlez nous de lady gaga.

  3. Il ne faut pas tout mélanger. La note ci-dessus désigne un symptôme précis. L’expression « le roi est nu » ne signifie pas la mort du petit écran en général, mais plus modestement la remise en question de la croyance en l’influence politique prépondérante du média télévisé (croyance qui anime au premier chef Nicolas Sarkozy, qui a construit une partie de sa stratégie sur cette base). C’est justement parce que Montebourg n’est ni Mélenchon ni Besancenot que son geste prend un sens différent de la simple impertinence.

    S’adressant à un historien qui s’est longuement occupé de photo du XIXe (siècle, pas arrondissement), le reproche de me consacrer à des « médias mourants » est un peu maladroit. Je n’ose penser à votre réaction lorsque vous croiserez un médiéviste 😉 Cela posé, vous aurez du mal à convaincre mes lecteurs réguliers de mon absence d’intérêt pour les nouveaux médias. Pour lady Gaga, en tout cas, la réponse est facile:
    http://culturevisuelle.org/totem/?s=lady+gaga

  4. [mauvais esprit /on]
    TF1 ne fait plus peur à Montebourg, mais apparemment le style, l’orthographe et la ponctuation non plus…

  5. H., pourrais-tu m’indiquer quelles sont les fautes d’orthographe et de ponctuation que tu relèves ? Pour ma part, je n’en vois pas, mais peut-être est-ce toi qui as un problème avec l’orthographe…

  6. Bravo pour lady Gaga, là oui j’ai été maladroit. Et aucun doute pour votre intérêt pour le digital, je vous lis depuis un bon moment pour avoir la moindre hésitation sur ce point.

    Disons simplement qu’un phénomène d’image tel que Lady Gaga, me semble culturellement beaucoup plus important (au moins numériquement) que cet épisode local. (Au passage je vous rend hommage, dans une petite note sur ce même sujet : http://i-marketing.blogspot.com/2010/04/realite-augmentee-la-lecon-de-lady-gaga.html).

    Merci pour les précisions, je vous rejoins pour l’essentiel. Sauf sur l’impertinence. C’est ce qui m’a fait bondir. Il y en a peu, et vous le dites vous-même (presque).

    On aurait pu aussi noter la forme employée par Montebourg : une lettre – même publiée sur un blog – une forme surannée de communication. Une manière de signifier une hiérarchie de valeur. La lettre aurait-elle plus de légitimité et de force, qu’une vidéo – par exemple?

    J’aurais donc plutôt utilisé l’épithète de comique, en pensant à l’œuvre de Cervantès (et à certaines de ses analyses – par ex :http://www.fabula.org/revue/document1093.php). Montebourg n’est-il pas ce lecteur d’aventures médiévales qui assaille les moulins de la télévision, au moment même où la modernité littéraire se forge dans les lignes de son récit?

    Ce qui me semble significatif dans cet épisode, est finalement moins le relatif déclin de la TV dans l’univers des médias que l’incapacité d’un champs entier à se transformer.

    C’est l’impertinence qui est absente, à moins d’en retenir l’ancienne acception : « Caractère de ce qui n’est pas pertinent, de ce qui va à l’encontre de la raison » (http://www.cnrtl.fr/definition/impertinence). Nous rejoindrions alors la folie « poreuse » de Don Quichotte.

    Bien à vous.

  7. @clem : LOL.

    « TF1 a néanmoins obtenu des gouvernements et des majorités parlementaires qui se sont succédés »

    « il y a quelques temps »

    Je passe sur l’usage aléatoire des virgules, qui fait vraiment crisser les dents.
    Et c’est bien dommage parce que sur le fond, c’est solide.

  8. @ H. : MDR.
    Je ne vois aucune faute dans la première phrase (si tu penses à « succédés », tu te trompes).
    Effectivement pour la 2ème.
    1 faute sur 5 pages, je n’appelle pas ça avoir peur de l’orthographe.
    Et je suis d’accord, c’est bien sur le fond.