YouTube passe au "like"

Par  - 4 avril 2010 - 12 h 11 min [English] [PDF] 

YouTube vient de toiletter son habillage. On note une simplification de la page de présentation des vidéos: la colonne de droite n’affiche plus que les contenus suggérés, les vidéos locales disparaissant sous un index à cliquer. Les dimensions de la fenêtre restent de 640 pixels de large par défaut.

Suivant la tendance actuelle, une large place est faite aux fonctions de signalement sur les réseaux sociaux (« Partager »), désormais séparés des options de lecture exportable (« Intégrer »).

Mais le changement le plus visible est probablement le passage de l’ancien système de rating, par l’intermédiaire d’une série de 5 étoiles, à celui du « like » (« J’aime »), copié de Facebook et figuré par le traditionnel pouce levé. Un passage non sans valeur symbolique, qui atteste du renoncement à toute procédure d’évaluation. Héritier des systèmes de tournois ou de hit-parades visant à créer des hiérarchies, le rating représentait une opération autonome, dédiée à la fonction d’évaluation. Toute la force du like est de réduire celle-ci à un simple signal, la trace d’un passage individuel. Avec le « like« , il n’y a plus d’évaluation, mais l’enregistrement d’une interaction (ce qu’on appelle en anglais l’engagement). Ce système plus simple est aussi plus puissant, puisqu’il profite de l’interaction pour créer une valorisation, plutôt que d’isoler cette fonction. C’est ce qui explique son adoption sur de nombreuses plate-formes.

Notons toutefois que, contrairement à Facebook, qui s’y est jusqu’à présent refusé, YouTube a choisi d’associer au « J’aime » un « Je n’aime pas », figuré par un pouce baissé qui se colore en rouge. On vérifiera les effets de l’introduction d’un signal négatif (que le rating ne comprenait pas), potentiellement ravageurs.

2 Reponses à “ YouTube passe au "like" ”

  1. Pas si nouveau que ça.
    Les commentaires sur Youtube étaient déjà soumis au « j’aime » et « j’aime pas » (avec exactement les mêmes picto’) depuis un certain temps. 😉

  2. Ca me parait bien qu’il y ait un « J’aime pas ». Ca va sans doute induire des dérives avec buzz négatifs mais trop de sites favorisent le vote positif alors que beaucoup de contenus (spams, trolls, et autres plagiats) mériteraient que leurs auteurs se rendent compte de leurs erreurs. Malheureusement, c’est vrai que ca risque de déraper…