Le web et le vertige du grand nombre

Par  - 21 June 2011 - 12 h 15 min [English]

La correction des copies m’a réservé plutôt de bonnes surprises cette année. Mais parmi les sujets soumis à la sagacité de mes masterants, il en est un qui les a dérouté. Il s’agissait d’analyser les premières phrases du Sacre de l’amateur. Sociologie des passions ordinaires à l’ère numérique (Seuil, 2010), le dernier ouvrage de Patrice Flichy: «Les quidams ont conquis Internet. Cent millions de blogs existent dans le monde. Cent millions de vidéos sont visibles sur YouTube. En France, Wikipédia réunit un million d’articles, et dix millions de blogs ont été créés. Un quart des internautes a déjà signé une pétition en ligne. Ces quelques chiffres illustrent un phénomène essentiel: le web contemporain est devenu le royaume des amateurs.»

Tous les étudiants qui ont choisi ce sujet ont disserté sur le fond, soit la conquête du média par les amateurs. Aucun ne s’est aperçu que le choix que j’avais fait du découpage de cette citation portait en réalité sur la forme, soit le recours au grands nombres pour appuyer cette thèse.

Lire la suite

Rédaction des mémoires de master: quelques conseils

Par  - 19 June 2011 - 19 h 44 min [English]

La session de juin touche à sa fin. Comme chaque année, la lecture des mémoires de master confronte à des défauts récurrents auxquels il n’est pas difficile de remédier. Quelques conseils en vrac pour les candidats de la session d’octobre.

Les feuilles de style tu apprendras. Même s’ils sont en diminution, les cas où le logiciel de traitement de texte a été utilisé a minima ne sont pas rares. Plutôt que d’appliquer à la main paragraphe par paragraphe les attributs de style, police, format, etc., la rédaction d’un mémoire d’une centaine de pages est une bonne occasion d’apprendre la gestion des feuilles de style et autres outils de génération automatique de sommaire, qui s’avèrent du plus grand secours dès qu’il faut faire face à des modifications importantes du texte.

L’impersonnel tu préfèreras. La manifestation de l’énonciateur dans le cadre de la démonstration scientifique reste une question toujours délicate. Le conformisme conduit à l’emploi du “nous” de majesté, volontiers panaché avec celui du “on”, qui garantissent lourdeur et problèmes d’accord insolubles. Si le style du labo le permet, je préconise plutôt l’usage du “je”, limité à quelques moments-clés (passages introductifs, revendication de conclusions), combiné au recours massif à la tournure impersonnelle (plutôt que: «À partir de ce corpus, nous avons identifié deux tendances opposées», écrire: «Deux tendances opposées se dégagent de l’examen du corpus»). Lire la suite

Vu à la télé

Par  - 16 June 2011 - 18 h 32 min [English]

J’étais invité l’autre semaine à “Ce soir (ou jamais!)“, dans l’une des dernières éditions de la version quotidienne de l’émission animée par Frédéric Taddeï. Grâce à une intense préparation psychologique à base de gin tonic, de méthode Coué et de révision des prestations télévisées de Bourdieu (merci Alexie!), j’ai pu passer sans trop m’énerver l’épreuve de ma première participation à un talk-show en direct sur une chaîne publique.

Lire la suite

La "bactérie tueuse", laboratoire du journalisme de communication

Par  - 11 June 2011 - 11 h 44 min [English]

Du 26 mai au 10 juin 2011, l’affaire dite du “concombre tueur”, puis de la “bactérie tueuse” fait les gros titres de l’actualité. La contamination accidentelle de graines germées par une souche résistante d’E. coli dans la région de Hambourg provoque une trentaine de morts en l’espace de deux semaines par syndrome hémolytique et urémique (SHU) incurable.

La gestion de cette crise témoigne d’un certain nombre de dysfonctionnements dans les mécanismes d’alerte sanitaire et leur amplification médiatique. En résumé, une infection accidentelle s’est produite à une échelle locale sans qu’on ait pu à aucun moment enrayer un processus qui a fini par s’interrompre de lui-même, la source du problème ayant disparu. Comme dans d’autres cas récents, les systèmes d’alerte censés prévenir l’extension de l’épidémie se sont avérés inadaptés et largement inopérants, contribuant à créer une panique médiatique aux effets catastrophiques, sans commune mesure avec la gestion sanitaire proprement dite de la crise. Entretenue par l’urgence, la circulation de fausses nouvelles et d’annonces contradictoires a atteint des sommets.

L’affaire de la “bactérie tueuse” est révélatrice de deux crises jumelles: celle de l’expertise dans le domaine biomédical et celle du journalisme scientifique. Dépourvues du minimum de culture scientifique qui leur permettrait de critiquer les informations véhiculées par les systèmes d’alerte, les rédactions s’avèrent incapables de traiter autrement qu’en relayant de manière aveugle les dépêches, abandonnant les principes de vérification du journalisme d’information au profit d’un journalisme de communication.

L’analyse du traitement iconographique de cette crise par LeMonde.fr permet de documenter cette dérive. En l’espace de 16 jours, le support consacre pas moins de 24 articles à la “bactérie tueuse” (sans compter les dossiers réservés aux abonnés, les billets de blogs ou les sujets connexes), chacun d’eux illustré d’au moins une photographie, dont on trouvera ci-dessous le relevé chronologique (visualiser sous forme de diaporama)

Lire la suite

Journée d'études "L'histoire de la photographie en perspective"

Par  - 9 June 2011 - 22 h 56 min [English]

Journée d’études proposée par l’université Paris 1 Panthéon-Sorbonne et l’Ecole des Hautes Etudes en Sciences Sociales, sous la responsabilité scientifique de Michel Poivert et André Gunthert.

Jeudi 30 juin 2011, INHA, 2, rue Vivienne, 75002 Paris, salle Jullian (1er étage).

  • 9h30. Introduction par Michel Poivert et André Gunthert

Acteurs de l’historiographie

  • 10h00. Eléonore Challine (HiCSA, Paris 1 Panthéon-Sorbonne), “Raymond Lécuyer (1879-1950) avant L’histoire de la photographie (1945). Retour sur une trajectoire méconnue”
  • 10h35. Cécile Nédélec (EHESS/Lhivic), “André Jammes. Perspectives historiographiques sur la figure du collectionneur-historien”
  • 11h10. Hélène Orain (HiCSA, Paris 1 Panthéon-Sorbonne), “Helmut Gernsheim (1913-1995): l’invention de la Photographie Victorienne”
  • 11h45. Gérôme Saint-Germain (HiCSA, Paris 1 Panthéon-Sorbonne), “Christian Bouqueret, dernier exemple de collectionneur-historien?”
  • 12h20. Discussion Lire la suite

Création en régime numérique, remarques conclusives

Par  - 3 June 2011 - 12 h 08 min [English]

Venant ponctuer 3 ans de recherches dans le cadre d’un programme ANR, le colloque “Travail et création artistique en régime numérique” (université d’Avignon, 24-27 mai 2011) présentait la particularité de confronter des études consacrées au secteurs  de la musique, de la photographie et du cinéma. Elaboré à partir d’un appel à communications ouvert et d’une sélection des contributions en double aveugle, il fournit un état des lieux indicatif de la recherche sur la transition numérique.

L’abondance des matières a montré que ce questionnement n’est plus un OVNI dans l’univers académique. Il reste toutefois à articuler les approches. Alors que certains parallèles se sont clairement manifestés dans des secteurs connexes, il a paru plus difficile d’architecturer la rencontre de domaines plus distants. Aucune étude comparée n’a été présentée. Si l’intuition initiale qui a guidé le programme paraît validée, son approfondissement requiert de développer une vision globale des effets du phénomène numérique sur les entreprises culturelles.

Plutôt que de dresser une liste de bons ou de mauvais points, un colloque donne l’occasion de discerner des échos et des éléments de discussion transversaux entre les communications. Parmi ceux qui me paraissent se dégager d’une écoute partielle (deux séries d’ateliers ont eu lieu en parallèle), je retiendrai en premier lieu le constat partagé que le principal ressort de la dégradation des métiers dans la période considérée est à chercher du côté des effets de la mondialisation et d’une forme larvée de crise économique et sociale plutôt que dans la technologie numérique, qui n’a été qu’un instrument mis au service de la dérégulation.

Lire la suite

Le concombre, image de l'insavoir journalistique

Par  - 2 June 2011 - 17 h 12 min [English]

D’abord associée à l’hypothèse d’une contamination alimentaire, l’affaire de la nouvelle souche E. Coli a donné lieu à un traitement médiatique à la fois quantitativement abondant et qualitativement réduit – puisqu’il s’est limité à la reprise d’une information invérifiable émanant des autorités sanitaires allemandes ou européennes.

Si l’on prend l’exemple du traitement par LeMonde.fr de cette actualité sur une semaine (voir ci-dessous), on observe l’évidence de l’imagerie du marché et plus particulièrement du concombre – premier coupable incriminé par Bruxelles. L’expression “concombre tueur”, parfaitement erronée, fait florès pendant deux jours, les 28 et 29 mai, avant d’être remplacée par “concombre contaminé”, qui ne s’avère pas moins inexacte. Il faut attendre le 31 mai pour que l’incertitude avouée des experts étende à nouveau à l’ensemble des légumes une suspicion dont l’expression est du coup atténuée (“légumes contaminés” plutôt que “légumes tueurs”).

Lire la suite

Colloque "Dans la toile des médias sociaux"

Par  - 31 May 2011 - 14 h 23 min [English]

“Dans la toile des médias sociaux. Nouveaux moyens de communication et de publication pour les sciences humaines et sociales” (Im Netz der sozialen Medien: Neue Publikations- und Kommunikationswege in den Geisteswissenschaften), colloque international organisé par l’Institut historique allemand avec l’aide du Centre pour l’édition électronique ouverte (Cléo).

27-28 juin 2011, DHIP/IHA, 8, rue du Parc-Royal, 75003 Paris.

En naviguant sur les sites web scientifiques on découvre de plus en plus des boutons «J’aime» ou «Partager» qui invitent les utilisateurs à évaluer et promouvoir le contenu du site sur Twitter, Facebook, Delicious, Mister Wong ou d’autres médias sociaux. Faire partie d’une communauté scientifique en ligne est devenu aussi courant qu’animer son propre blog et commenter les articles, photos et films des autres chercheurs en ligne. Les réseaux sociaux qui en résultent se transforment en espaces scientifiques de communication et de publication, salués par les uns et critiqués par les autres. Ce colloque a pour but d’examiner dans une perspective internationale les nouveaux médias sociaux et leurs significations pour les sciences humaines et sociales. Les effets des médias sociaux sur notre culture scientifique actuelle sont au centre du débat. Lire la suite

Cartes postales du mois de mai

Par  - 28 May 2011 - 17 h 40 min [English]

En mai, fait ce qu’il te plaît, dit le dicton. Mais si l’on ajoute les soubresauts de l’actualité à l’agenda universitaire, on comprendra que je ne suis pas fâché de voir la fin d’un mois plutôt animé. Un relevé qui explique mon absence sur les marches du Palais des festivals cannois. Lire la suite

Autobiographie radiophonique

Par  - 21 May 2011 - 15 h 17 min [English]

Invité par Xavier de la Porte à l’excellente émission Place de la Toile (France-Culture), j’étais venu parler de l’affaire DSK vue du web. L’entretien s’est prolongé sur le mode de la nouvelle série d'”autobiographies numériques” que propose l’émission. Dimanche 5 juin, on entendra François Bon (je propose qu’on mette en commun les frais de nos fans-clubs).