Marianne à cache-cache, ou les pièges de la mémoire collective

Par  - 2 November 2010 - 8 h 22 min [English]

Ce n’est pas tous les jours que LeMonde.fr publie une analyse iconographique pertinente, grâce à la participation de notre camarade Raphaële Bertho. A l’occasion d’un “portfolio sonore” consacré à l’iconographie des manifestations, la jeune chercheuse a proposé une synthèse aussi rapide qu’efficace des mécanismes de narration visuelle.

Commentant le goût prononcé des photographes pour les jolies jeunes filles au poing levé, Raphaële Bertho rappelle que «cette récurrence-là s’appuie sur la mémoire collective, occidentale mais particulièrement française», et sur «une généalogie d’images» qui remonte au célèbre tableau de Delacroix, La Liberté guidant le peuple (1831).

(1) Delacroix, la Liberté guidant le peuple, 1831. (2) Jean-Pierre Rey, Paris, 13 mai 1968. (3) François Mori/AP, Paris, 14 octobre 2010.

Lire la suite

La guerre des retraites n'a pas eu lieu

Par  - 30 October 2010 - 17 h 57 min [English]

Il s’est passé quelque chose en France au mois d’octobre? Si l’on en jugeait par les dernières couvertures des magazines (voir ci-dessus), pas de quoi fouetter un chat. Seul L’Obs cherche une porte de sortie. A la télé, Nicolas Sarkozy fait penser au personnage de César dans Astérix, lorsqu’il glisse sous le tapis ses défaites à répétition face aux irréductibles Gaulois. Lire la suite

Image à compléter

Par  - 20 October 2010 - 8 h 38 min [English]

Sous le titre “La pénurie de carburants menace les entreprises” (LeMonde.fr du 19/10/2010), la vue de ce qui a l’air d’être une portion de périphérique à l’heure de pointe: files congestionnées de véhicules pare-choc contre pare-choc, avec le cul d’un camion Calberson qui met une touche orangée au milieu d’une image sans horizon (voir ci-contre, photo: Thomas Coex/AFP).

Un embouteillage pour illustrer la pénurie de carburant? Doit-on supposer que la photo nous montre l’embarras généré par l’accès à une pompe? Il est vrai qu’une portion du périphérique a été bloquée ce jour-là par la queue à une station-service. Mais celle-ci n’étant pas visible à l’image, le rapport semble pour le moins allégorique.

En réalité, de rapport, il n’y en a pas. Cette image a simplement été choisie faute de mieux. Son caractère évocateur de difficultés dans le domaine des transports a déjà été utilisée à plusieurs reprises par la rédaction du Monde.fr, notamment le 13 février 2010, pour illustrer l’annonce d’un week-end chargé de départs en vacances (“Circulation difficile pour ce samedi de départs en vacances“), ou encore le 9 juillet, pour une circonstance semblable (“La circulation routière voit rouge ce week-end“, voir ci-dessous). Exemple banal d’utilisation récurrente d’une image de confort, qui n’a à aucun moment de valeur documentaire, puisque les événements qu’elle illustre sont à venir.

Lire la suite

Journée d'études du Cral: "Attention, travaux!"

Par  - 19 October 2010 - 9 h 16 min [English]

Le Centre de recherches sur les arts et le langage (Cral/EHESS-CNRS) présente ses recherches le 29 octobre 2010 en salle Lombard, 96 bd Raspail (entrée libre dans la mesure des places disponibles).

Matinée 9h-13h

Artistes, auteurs, autorité

  • Nathalie Heinich, “Excellence et singularité en régime médiatique, ou l’élite artiste du XXe siècle”
  • Yolaine Escande, “Les nouvelles figures de l’artiste universel”
  • Igor Contreras, “L’avant-garde musicale espagnole sous le régime de Franco: le groupe Nueva Música”

Figurations, représentations

  • André Gunthert, “Construire l’informe. La non-image des soucoupes volantes”
  • Anne Simon, “Ecritures du sensible, du corps, de l’animalité. Prose narrative de langue française des XXe et XXIe siècles”
  • Agnès Minazzoli, “La singularité humaine. Philosophie, art, esthétique”

Lire la suite

L'illustration, ou comment faire de la photographie un signe

Par  - 12 October 2010 - 10 h 56 min [English]

Longue discussion mercredi dernier à l’atelier du Lhivic. Dans la lignée des travaux ouverts par le colloque “La trame des images” en 2006, nous sommes plusieurs à nous attacher à caractériser les usages effectifs de l’image médiatique. Le schéma traditionnel du recours à la photographie pour des raisons documentaires est manifestement inadapté à la plupart des situations que nous observons. Usages décoratifs, narratifs, allégoriques, signalétiques, jeux visuels, allusions, suggestions déploient au contraire une gamme de pratiques éditoriales aussi complexe que celles de l’énonciation écrite.

Le brouillage de la frontière entre communication et information

Le terme d’illustration s’est imposé pour décrire ces situations où l’image est mise au service d’un discours, d’un récit. Mais sa définition n’est pas encore suffisamment précise. Nous butons sur la polysémie du mot. Dans son sens le plus courant, “illustration” renvoie à toute insertion d’une image dans un contexte éditorial. Mais un emploi plus spécialisé lui fait désigner les usages construits de l’image, en opposition dialectique avec le terme “photographie”, qui connote ses usages documentaires. Le terme est également utilisé dans différents domaines audiovisuels. Au cinéma, accompagner un plan d’une illustration musicale revient à orienter la perception de la scène par le biais de l’ambiance sonore. Dans un journal télévisé, les professionnels désignent comme une illustration l’inévitable séquence du micro-trottoir qui accompagne le traitement d’un mouvement social.

(1) Publicité Végétaline, 1965. (2) Nouvel Observateur, couverture du 11 mars 2010. (3) Sciences & Vie, couverture du n° spécial "Climat" de janvier 2010 (cliquer pour agrandir).

Lire la suite

Economie d’écran, ou la peinture recouverte par la pub

Par  - 11 October 2010 - 15 h 34 min [English]

En fait d’«odyssée numérique au sein des tableaux 1) Formule extraite de la plaquette de présentation.», l’exposition Révélations présentée par le Petit Palais nous assène ce qui se fait de plus indigent comme discours sur l’art de peindre aussi bien que sur l’art de regarder. Entièrement montée et financée par le fabricant d’écrans Samsung (pour les Journées du Patrimoine), cette opération de branding n’a pas seulement pour particularité d’abandonner au mécène la place d’un curateur dramatiquement absent 2) Sur la dimension marketing de l’opération, voir l’article de Capucine Cousin sur Rue89.. Elle fait entrer au musée un mode de consommation des images qu’on croyait réservé aux stands de Darty. En accueillant cette “installation”, le très honorable Petit Palais légitime ce que l’événement prétend pourtant corriger: la paresse des regards trop pressés, dont seraient affublés les nouveaux adeptes de l’écran (suivez mon regard).

Lire la suite

Notes   [ + ]

1. Formule extraite de la plaquette de présentation.
2. Sur la dimension marketing de l’opération, voir l’article de Capucine Cousin sur Rue89.

Colloque "Imaginaires du présent"

Par  - 9 October 2010 - 8 h 43 min [English]

Colloque international sous la direction de Vincent Lavoie, 22-23 octobre 2010, Université du Québec à Montréal, Grande Bibliothèque, salle M 450, 475 bd de Maisonneuve Est, Montréal, Canada.

Quelles que soient les mutations technologiques et médiatiques touchant les imageries événementielles, quelle que soit la réponse des sociétés contemporaines aux événements qui l’affectent, la photographie demeure pourvoyeuse d’icônes du temps présent. À quoi est attribuable cette vivace actualité de la photographie? Quelles sont les conditions (médiatiques, politiques, psychiques) au fondement de cette qualité préservée? À quel imaginaire de la contemporanéité la photographie contribue-elle? Quel sens donner à l’expression « photographie d’actualité »? Sous quels aspects les procédures de médiatisation (sélection, diffusion, répétition) et de monumentalisation des images de presse (artification, exposition, remise de prix) participent-elles du présentisme de la photographie? Que faut-il penser des rémanences du passé au sein même des images de presse : les impressions de déjà-vu, la réitération de figures historiques, le recours à l’allégorie et à la rhétorique, etc.? C’est à ces quelques questions que ce colloque souhaite tenter de répondre.

Lire la suite

Expos de rentrée

Par  - 3 October 2010 - 17 h 37 min [English]

Trois expositions à signaler parmi la riche moisson de cette rentrée: “La France de Raymond Depardon“, BNF, 30/09/2010-09/01/2011; “Gérôme. L’histoire en spectacle“, musée d’Orsay, 19/10/2010-23/01/2011; “Primitifs de la photographie. Le calotype en France (1843-1860)“, BNF (en partenariat avec la SFP), 19/10/2010-16/01/2011.

L’essor de l'orientation visuelle dans la presse en ligne

Par  - 27 September 2010 - 12 h 19 min [English]

Thierry Gervais est le premier à avoir attiré l’attention sur le rôle structurant de la présentation graphique des périodiques illustrés 1)cf. Thierry Gervais, “L’invention du magazine“, Études photographiques, n° 20, juin 2007. De longue date, les ressources de la typographie ont été utilisées pour agencer visible et lisible. Depuis le milieu du XIXe siècle, l’intégration progressive de l’image et le développement de codes graphiques spécifiques à la presse ont permis d’élaborer progressivement une grammaire spatiale complexe, outil d’organisation et de hiérarchisation de l’information. Facteur essentiel autant que méconnu, la mise en forme de l’information est désormais une composante décisive de son éditorialisation.

Lorsque les organes de presse investissent le web, ils essaient d’abord de reproduire cette architecture complexe, articulée autour du multicolonnage, du rôle de la titraille et de l’échelle des images. Mais les caractéristiques de l’écran et des pratiques de consultation en ligne sont diamétralement opposées aux habitudes de visualisation globale qui ont structuré le papier. Passer de la spatialité tangible du couple volume/page à la profondeur virtuelle du web oblige à une reconfiguration drastique de la mise en forme de l’information.

Lire la suite

Notes   [ + ]

1. cf. Thierry Gervais, “L’invention du magazine“, Études photographiques, n° 20, juin 2007

Avant-Après

Par  - 21 September 2010 - 9 h 10 min [English]

«Rendez vous au conseil d’Etat. Ce n’est pas un message énigmatique, simplement ma mission du jour. Le premier ministre, François Fillon, doit prononcer un discours devant l’assemblée générale du conseil d’Etat. J’arrive donc sous les lambris de cette vénérable institution, place du Palais-Royal à Paris. Les services de Matignon sont arrivés. Comme à chaque fois, les services des politiques investissent les lieux des déplacements. Ici, les fonctionnaires sont habituellement posés et ne voient pas beaucoup de journalistes ou de services de sécurité. Aujourd’hui, tout est retourné. Les personnes du service de presse du conseil d’Etat, un peu débordées, laissent leur place à ceux de Matignon…»

Par Sébastien Calvet, Images du quotidien, 20/09/2010.
Lire la suite…