Mémoires du Lhivic en ligne

Par  - 28 December 2011 - 18 h 26 min [English]

Thèses

Masters

Motion sur la situation des étudiants et enseignants-chercheurs étrangers

Par  - 21 December 2011 - 7 h 50 min [English]

Texte adopté par l’assemblée des enseignants et par le conseil d’administration de l’EHESS.

Le conseil d’administration de l’Ecole des Hautes Etudes en Sciences Sociales, réuni le 16 décembre 2011, exprime sa profonde inquiétude face à la nouvelle politique gouvernementale à l’égard des étudiants et enseignants-chercheurs étrangers.

Pour les étudiants, et notamment les doctorants, la circulaire Guéant instaure un durcissement des conditions d’attribution de visa, des conditions d’attribution et de renouvellement des cartes de séjour, et plus généralement une multiplication des tracasseries qui transforment l’obtention et le renouvellement d’une carte de séjour étudiant en une course d’obstacles décourageante. Le terme d’ «accueil» y perd tout sens. L’intrusion des agents préfectoraux dans les procédures d’évaluation universitaire de la progression des étudiants est tout particulièrement inacceptable.

Lire la suite

La révolution des consommateurs

Par  - 18 December 2011 - 14 h 48 min [English]

La nouvelle culture du partage favorisée par le web 2.0 a d’abord été décrite comme une “révolution des amateurs”, au sens d’un renouvellement de la production des biens culturels. En facilitant la réalisation et la diffusion d’œuvres musicales, photographiques ou audiovisuelles, les outils numériques devaient faire émerger de nouveaux contenus susceptibles de concurrencer les productions industrielles par leur fraîcheur et leur spontanéité. Mais si l’instrumentation numérique a bien encouragé la production amateur, l’attention médiatique s’en est détournée dès que les clips de chanteurs à succès les ont dépassés au hit-parade de YouTube.

Pendant ce temps, les ressources en ligne déployaient un autre moyen de reconfigurer l’offre culturelle. En rendant visible de diverses façons l’acte de consommation, par le rating de produits sur des sites de vente, l’appréciation d’usagers sur des plates-formes de partage ou le signalement sur les réseaux sociaux, le web 2.0 a construit une alternative à la prescription institutionnelle représentée par la promotion ou la critique.

Lire la suite

Thèse "La photographie et l’industrialisation des images"

Par  - 15 December 2011 - 7 h 46 min [English]

Soutenue le 12 décembre 2011 au centre Michelet, la thèse de doctorat de l’EHESS, Photography and the Commodification of Images. From the Bettmann Archive to Corbis (1924-2010), présentée par Estelle Blaschke 1)Direction: André Gunthert et Michel Poivert, jury présidé par François Brunet, avec l’aimable participation de Matthias Bruhn et d’Olivier Lugon., est la première thèse consacrée à la question des banques d’images. A partir d’une interrogation initiale sur l’archive numérique, la recherche a été menée avec beaucoup de persévérance et de pertinence, en s’appuyant sur une démarche pluridisciplinaire, et a su faire émerger une vision cohérente d’une problématique centrée sur la gestion des images, qui recouvre l’essentiel du XXe siècle et le début du XXIe siècle, à travers l’examen de deux entreprises liées par leur histoire: l’archive Bettman, en activité des années 1930 aux années 1960, puis l’agence Corbis, fondée en 1995 par Bill Gates.

La thèse se présente en trois parties disymétriques, dont la partie centrale est la plus importante. C’est aussi celle qui représente l’apport majeur de cette recherche. Après un premier volet consacré à la situation du marché de la photographie allemande des années 1920-1930, vue cavalière brossée à partir d’une synthèse efficace de la recherche récente, la deuxième partie se consacre à l’examen détaillé de la mise en place et du développement de l’archive Otto Bettman à New York à partir de 1935, structure commerciale originale décrite comme le prototype des banques d’images modernes. A la différence des agences photographiques existantes depuis la fin du XIXe siècle, productrices d’une iconographie de référence sur des thématiques spécialisées, l’archive Bettman se présente comme une entreprise systématique de reproduction d’illustrations publiées, de leur catalogage et de leur exploitation à la manière d’une ressource naturelle.

Lire la suite

Notes   [ + ]

1. Direction: André Gunthert et Michel Poivert, jury présidé par François Brunet, avec l’aimable participation de Matthias Bruhn et d’Olivier Lugon.

Les mauvaises manières de La Barbe

Par  - 14 December 2011 - 6 h 52 min [English]

Tempête dans un verre d’eau pour La Barbe, association féministe adepte de la manipulation médiatique. Suite à une prestation pas très réussie au Petit Journal de Canal plus du 9 décembre, la toile francophone a bruissé d’une réprobation largement partagée dénonçant “l’amateurisme” de Céline et d’Amélie, y compris de la part de féministes. “C’est très gênant. Je crois bien que je n’avais jamais autant été mal à l’aise devant ma télé de toute ma vie”, écrit notamment  Madmoizelle.

Jean-no, qui fait une critique lucide du conformisme de la vision yannbarthésienne du monde médiatique, n’en exprime pas moins lui aussi sa gêne et son malaise de spectateur. N’ayant pas vu la séquence au moment de sa diffusion, j’ai pris connaissance à froid de cet épisode, sans partager le ressenti de la plupart des intervenants placés par le (faux) direct dans une situation d’empathie avec les participants de l’émission. Certes, on ne peut pas qualifier de brillante la prestation de Céline et d’Amélie, mais on pourrait regretter aussi bien les questions maladroites du petit journaliste que les réponses qu’elles suscitent, et au total, l’impression de “naufrage” paraît très exagérée.

Lire la suite

Notes, la bande dessinée rencontre le web

Par  - 8 December 2011 - 6 h 57 min [English]

Rendez-vous jeudi 08/12 sur France-Culture, “La Grande Table” 12h00-12h30: “Notes, la bande dessinée rencontre le web” (à l’occasion de la sortie du volume 6 de Notes), avec André Gunthert, Antonio Casilli, Pascal Ory.

Né en 1975, le dessinateur Gilles Roussel, alias Boulet, met en ligne en 2004 le blog Bouletcorp, destiné à héberger ses “Notes” graphiques, qui seront publiées en volume chez Delcourt à partir de 2008. La sortie de la 6e saison de “Notes”, Debout mes globules, donne l’occasion de se pencher sur une œuvre prolifique, puissante et déjà très populaire: le phénomène constitué par la double existence de la série “Notes” et du blog Bouletcorp, le blog bd le plus consulté aujourd’hui de la blogosphère française, qui offre la lecture gratuite de plus de 1600 pages, redoublé par la publication en volumes.

Améliorer les reproductions à main levée grâce à Photoshop

Par  - 7 December 2011 - 23 h 44 min [English]

Les chercheurs en études visuelles peuvent faire face à des situations où la reproduction de documents doit s’effectuer à main levée. Il importe dans ce cas de disposer d’un appareil d’une sensibilité suffisante pour opérer à vitesse élevée et d’éviter les sources de lumière directe, qui produisent des reflets. Mais il est rare de pouvoir réaliser dans ces conditions des copies qui ne présentent pas un défaut de géométrie et un faible contraste (voir ci-dessus, à gauche).

Lire la suite

Newsring: aseptiser le débat sur internet

Par  - 7 December 2011 -  [English]

Peste! Rien moins qu’«inventer le débat sur internet»: tel est l’ambitieux programme  que s’est fixé le nouveau magazine en ligne Newsring, parrainé par Frédéric Taddei et piloté par Philippe Couve. En découvrant l’édito de l’animateur, on se dit qu’il n’a pas dû circuler beaucoup sur la toile, qui est un lieu de débat incessant. Et puis l’on se souvient que l’exercice du commentaire dans la presse en ligne a rapidement tourné vinaigre. Pour de bonnes raisons: la première règle de la conversation sur un blog est qu’elle a lieu entre pairs. En important sur le terrain numérique la césure entre éditeurs et lecteurs, en n’intervenant jamais dans l’espace des commentaires, les sites de presse n’ont fait qu’alimenter l’antagonisme entre le journalisme comme expression légitime et le défouloir de la piétaille, d’autant plus violent qu’il était ignoré et tenu à distance.

Plutôt que de tolérer le débat à la marge, Newsring veut le mettre au centre. A une condition: «Sur Newsring, c’est vous qui faites le débat, nous nous contentons de l’orchestrer». Traduction: du débat, mais organisé, formaté par l’intervention journalistique, présente à tous les étages. J’ai été contacté pour participer à ce magazine: on ne m’a pas demandé d’exprimer librement mon avis, mais de répondre à une  question imposée (“Prenons-nous trop de photographies?”), en isolant les arguments, avec une jauge de 1500 signes et blancs maximum chaque. Mises en ligne comme autant de points séparés à discuter, mes interventions ont été ornées du label “oui/non” qui permet à Newsring d’identifier et de classer les positions.

Un débat bien refroidi par une éditorialisation omniprésente, qui ne pousse pas vraiment à la discussion, mais transforme les opinions en carburant médiatique, avec la même obsession du cadrage que les émissions télévisées. Qui ont démontré que la polémique est un bon produit éditorial, et donné le mode d’emploi de sa fabrication: une question qui ne vise pas à éclairer un sujet mais à produire un clivage, une sélection d’invités de bords opposés mais néanmoins dociles, un animateur propre sur lui qui gère les tours de parole, évite les dérapages et conserve une apparence civilisée au spectacle.

Sur Newsring, on retrouvera donc le rubricage classique de la presse (politique, économie, culture…), les questions sans imagination d’école de journalisme,  simples reformulations des informations ou des débats du moment, les interventions de spécialistes patentés issus de l’université… Le Parisien avec des points d’interrogation. Ajoutons une touche d’interactivité, qui permet au public de réagir dans les cases aux événements choisis par la rédaction, un peu comme le micro-trottoir du JT. Inventer le débat sur internet? Disons plutôt importer les règles du débat télévisé sur le web.

Reprise du séminaire du CEHTA

Par  - 6 December 2011 - 1 h 18 min [English]

Le séminaire du CEHTA reprendra à partir du 4 janvier, sous la direction de Giovanni Careri, les 1er mercredi du mois de 11 h à 13 h (salle Giorgio Vasari, INHA, 2 rue Vivienne, 75002 Paris, sauf la séance du 1er février), entrée libre dans la mesure des places disponibles.

Programme

  • 4 janvier 2012, Georges Didi-Huberman, “L’émotion ne dit pas «je»”

Si l’anthropologie des images inaugurée par Aby Warburg s’est focalisée sur le point de vue des Pathosformeln, il semble nécessaire de revenir aux notions de pathos et d’émotion elles-mêmes, et de réfléchir par conséquent sur leur conditions subjectives, quelque part entre le préindividuel (le Ça) et le transindividuel (les structures sociales).

  • 1er février 2012, Jacques Aumont, “Le Montreur d’ombre” (salle Walter Benjamin)

Le cinéma enregistre, dans le temps et avec le temps, une situation lumineuse, avec ses détails et ses accidents: la lumière, au cinéma et dans les films, est une évidence. En proposant de m’intéresser à la relation du cinéma à l’ombre, je ne veux pas suggérer une inversion facile. L’ombre et la lumière ont besoin l’une de l’autre, mais de manière dissymétrique (il existe des sources de lumière, il n’existe pas de sources d’ombre); c’est l’habitude humaine d’essentialiser les expériences sensorielles qui a fabriqué une entité, l’ombre, à laquelle on a tendance à accorder son autonomie par rapport à sa cause, la lumière.

Lire la suite

L'image qui rétrécit, leçon de narratologie visuelle

Par  - 2 December 2011 - 14 h 41 min [English]

Soit deux lancements de campagne impliquant deux responsables politiques concurrents: la désignation de François Hollande comme candidat du parti socialiste, le 17 octobre 2011; le discours de Nicolas Sarkozy à Toulon le 1er décembre 2011.

Lire la suite